Analyses 15/04/2024

Marché européen

La semaine passée s’est terminée sur une note de fermeté pour les grains et ce de part et d’autre de l’Altantique. Les céréales et oléagineux européens tirent profit d’une parité euro/dollar au plus bas depuis près de 6 mois à 1,0650. Le pétrole est également un élément de soutien pour les grains. Le baril de WTI dépassait, pour la première fois depuis 6 mois, les 87 $ vendredi après-midi par anticipation d’une accentuation des tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Dans ce contexte, c’est le colza qui tient la vedette en clôturant au plus haut depuis 6 mois à 459 €/t sur l’échéance Mai 2024. Cette échéance sera de nouveau dans l’actualité ce lundi 15 avril avec l’arrivée à expiration des options. Il en sera de même pour la clôture des options sur le contrat blé Euronext échéance Mai 2024.

Ce dernier continue d’évoluer dans un range très étroit entre 200 et 206 €/t tandis que l’échéance suivante, Septembre 2024 oscille entre 214 et 218 €/t depuis 12 séances désormais. Le maïs Euronext échéance Juin 2024 montre quant à lui davantage d’ambitions avec sa plus haute clôture depuis le 1er décembre dernier, à 194,50 €/t.

L’évolution de la situation au Moyent-Orient sera scrutée de près en ce début de semaine, même si les évènements du week-end sont pour le moment relativisés sur le marché du pétrole. La météo est également sous haute surveillance avec des pluies jugées insuffisantes pour les blés du Kansas ou du sud Russie.

En France, l’état des blés se dégrade avec 64 % jugés « bons à très bons » selon FranceAgriMer contre 65 % sur la semaine précédente et 94 % l’an passé à date. Les orges d’hiver quant à elles regagnent 1 point sur la semaine à 67 % de « bons à très bons ». Le blé dur reste stable à 70 % de « bons à très bons ». Les orges de printemps perdent -1 point sur la semaine à 60 % de « bons à très bons » tandis que les semis atteignent 91 % de réalisation au 8 avril.

Marché américain

La fermeté du pétrole sur fond de tensions géopolitiques croissantes au Moyen-Orient a soutenu les grains vendredi à Chicago avec une hausse généralisée à l’ensemble des produits et avec des fonds présents aux achats.

Le marché du soja n’a donc pas réagi à l’annonce par les douanes chinoises d’importations mensuelles particulièrement basses à seulement 5,54 Mt de graines de soja, au plus bas depuis 4 ans  pour un mois de mars. Les opérateurs américains se placent surtout dans l’attente du rapport mensuel de la NOPA ce lundi sur la trituration du mois de mars aux Etats-Unis avec un niveau record attendu.

Alors que l’état de sécheresse est passé la semaine dernière de 38 % à 50 % d’ « anormalement sec » sur l’Oklahoma et de 78 % à 81 % d’ «anormalement sec » sur le Kansas, les opérateurs porteront une attention particulière au crop rating de l’USDA de ce lundi soir sur les blés d’hiver aux Etats-Unis.

En maïs, les opérateurs s’interrogent quant aux importants écarts d’estimations de production affichés sur l’Amérique du Sud entre l’USDA et les références locales. Les chiffres assez bas du Conab au Brésil et des bourses de Rosario et Buenois Aires en Argentine, apportent de l’incertitude.

Marché mer Noire

Afin de suivre au quotidien l'évolution des prix en Russie, demandez l'accès complet au rapport AgriMarkets pour en savoir plus sur le bassin mer Noire en cliquant ici.