Analyses 23/05/2022

Marché européen

La semaine passée a été marquée par un repli sur l’ensemble des matières premières agricoles, repli essentiellement à mettre à l’actif de correction dite technique, après la hausse de ces derniers mois. Les orages actuels sont les bienvenus, mais ne résolvent pas les risques de baisse de la production en France, compte tenu de leur hétérogénéité. Les cours évolueront au gré principalement de la situation en Ukraine, où environ 20 millions de tonnes se retrouveront bloquées et ne peuvent alimenter le marché mondial.

Sur la scène internationale, la Jordanie est officiellement aux achats pour 120 000 t d’orge fourragère.

Selon son ministre de l’agriculture, l’Ukraine pourrait semer cette année 190 000 ha de blé de printemps, 900 000 ha d’orges de printemps et 3.9 millions d’hectares de maïs. Cela représenterait  donc environ 25% des surfaces de printemps inférieures à l’an passé.

Compte tenu du déficit hydrique persistant en France, FranceAgrimer affiche des blés d’hiver jugés bons à excellents à hauteur de seulement 73 % contre 82 % la semaine précédente et 89 % il y a deux semaines. En orges d’hiver, le crop rating fléchit également à 71 % et en orges de printemps à 69 % en repli respectivement de – 8 et – 7 % par rapport à la semaine passée. Les semis de maïs sont maintenant achevés.

Le colza retrouvait un peu de couleurs vendredi après le repli des jours précédents, dans le sillage du canola et du palme ce matin.

Le dollar fléchit ce lundi matin à 1.0600 contre euro. Le pétrole reste ferme à 110.90 usd/baril.

Marché américain

Net repli des cours du blé ces derniers jours sur Chicago, dans un contexte de retour de pluies bénéfiques sur les grandes régions de production de HRW. L’Inde assouplit ses dispositions de restrictions à l’export. La situation demeure néanmoins assez confuse sur le volume qui serait au final accordé à l’export. Les opérateurs scruteront le crop rating qui sera publié ce soir, crop rating qui devrait toutefois peu évoluer avec 27% des surfaces jugées comme bonnes à excellentes semaine passée.

Les cours du maïs évoluaient peu, avec un rattrapage partiel du retard des semis grâce à un temps plus sec ces dernières semaines. Dans ce contexte, les surfaces emblavées pourraient à minima être égales ou supérieures aux dernières estimations de l’USDA affichées à 89.5 millions d’acres

 En soja, les cours trouvent du soutien dans les exportations avec des volumes conséquents, laissant envisager une révision à la baisse des stocks de report.  

Les fonds se montraient nets vendeurs vendredi pour 10 500 lots de blé et 5 500 lots de maïs. Ils étaient nets acheteurs pour 4 000 lots de soja.

Marché mer Noire

Demandez l'accès complet au rapport AgriMarkets pour en savoir plus sur le bassin mer Noire en cliquant ici.