Analyses 25/10/2021

Marché européen

Nouvelle nette progression des cours vendredi avec de nouveaux plus hauts atteints en blé sur Euronext, toujours dans un contexte de bilans tendus et d'une demande qui ne se tarit pas malgré la fermeté des cours.

Sur la scène internationale, la Tunisie aurait acheté 50 000 t de blé meunier et 50 000 t d’orges fourragères origines optionnelles.

Selon FranceAgriMer 32 % des surfaces de maïs étaient récoltées au 18 octobre, bien en deçà des 75 % de l’an passé à date. En blé, les semis d’automne sont dans la moyenne réalisés à hauteur de 40 % au 18 octobre et ceux d’orges d’hiver à 59 % contre 54 % l’an passé à date.

Le maïs affiche un retard de maturité ce qui explique le retard dans les chantiers de récolte, mais également la fermeté des cours sur des livraisons rapprochées.

L’huile de palme rebondit ce lundi matin sur Kuala Lumpur, ce qui devrait avec la fermeté du pétrole et du soja, soutenir les cours du colza en ce début de semaine. Vendredi les cours cédaient du terrain à l’image du canola.

Le dollar cède un peu de terrain en ce début de semaine affiché à 1.1660 contre euro et 70.30 contre rouble. Le pétrole poursuit son ascension à 84.60 usd/baril.

Marché américain

Sur Chicago, après une nette progression des cours vendredi, en préouverture la fermeté reste encore de rigueur ce lundi matin.

Les semis de soja au Brésil se réalisent dans de bonnes conditions, mais le soja trouve du soutien dans la fermeté des huiles, et donc des marges de trituration. Le maïs quant à lui est hésitant entre des bilans jugés confortables, mais des craintes sur une réduction des surfaces l’an prochain, compte tenu de la hausse des fertilisants. La production d’éthanol en hausse soutient également le marché.

Si les conditions sud-américaines demeurent normales pour le moment, le risque de développement d’un effet La Nina dans les prochaines semaines reste à surveiller.

Les fonds se montraient nets acheteurs vendredi pour 3 500 lots de maïs et 7 500 lots de blé. Ils étaient nets vendeurs pour 2 500 lots de soja.

Marché mer Noire

Alors que les cours du blé poursuivent leur progression sur le bassin mer Noire, les cours du maïs marquent le pas, notamment à la faveur d’un temps plus sec, permettant une avancée des chantiers de récolte.

Les cours des orges fourragères restent fermes, à la faveur d’une bonne activité à l’export. Ainsi les origines optionnelles de la part des acheteurs tunisiens pourraient se tourner vers l’Ukraine.