Analyses 17/01/2020

Marché européen

Nouvelle journée de repli des cours tous produits hier, après la déception affichée sur le deal signé entre les USA et la Chine et dans un contexte de ventes techniques, principalement sur les oléagineux. La géopolitique s’inscrit dans la formation des prix, à l’image également des tensions qui existent entre l’Inde et la Malaisie, conduisant à une chute des cours du palme, et dans son sillage du colza. L’ensemble de ces sujets sera abordé lors de la conférence internationale du Paris Grain Day  les 30 et 31 janvier prochains.

Le blé se replie sur Euronext, également dans un contexte de difficultés de chargements dans les ports, conséquence des grèves des dockers et éclusiers. Le mouvement social semble perdre un peu de son intensité néanmoins, conduisant à une légère baisse des primes portuaires depuis le début de la semaine.

Sur la scène internationale, on notera l’achat par le Japon de près de 118 000 t de blé origines USA, Canada ou Australie. Taïwan a également acheté un peu plus de 99 000 t de blé meunier origine USA.

Comme attendu et expliqué en début de semaine, l’impact de la mise en place d’un quota export pour 20 millions de tonnes de graines par la Russie pour les 6 prochains mois n’a pas eu d’effet sur les marchés. Ce volume étant supérieur aux chiffres attendus par nos analystes, l’impact est donc neutre.

Marché américain

Poursuite du repli des cours sur Chicago hier, dans un contexte grandissant de doutes sur l’efficacité de l’accord commercial signé avec la Chine. En effet, malgré les montants affichés concernant les importations de produits agricoles origines USA à destination de la Chine, le fait que cette dernière ait ajouté dans ses commentaires que cela dépendra des conditions de marché, sème le doute.

Les fonds se sont montrés d’ailleurs particulièrement actifs à la vente hier, principalement en maïs. Ils étaient nets vendeurs pour 40 000 lots de maïs, 7 500 lots de soja et 6 000 lots de blé.

Les ventes à l’export s’affichaient toutefois supérieures aux attentes en maïs et en blé, respectivement à 784 700 t et 650 600 t. Elles étaient par contre conformes aux attentes en soja, à 711 400 t

Marché mer Noire

En zone mer Noire, les conditions climatiques n’évoluent que très peu depuis plus d’un mois. Les températures moyennes s’affichent toujours significativement au-delà des normales. En pleine journée, les températures devraient continuer de s’afficher en territoire positif pour les 2 semaines à venir sur une majorité de la zone accueillant des cultures d’hiver.

Au cours des 15 derniers jours, les blés russes ont été arrosés de l’équivalent de 15-20 mm d’eau, le plus souvent sous forme de neige. En Ukraine et Roumanie, les précipitations sont toujours absentes depuis le début de l’année, creusant ainsi le déficit hydrique des sols. Rappelons que ces mêmes réserves avaient été mises à mal dès le milieu de l’été 2019, particulièrement sec. La reconstitution ou pas de ces réserves hydriques sera un des éléments essentiels qui guidera le marché au moment de la reprise végétative.